Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Lettres à vous - le blog du Chat Qui Pelote

Correspondance d'une libraire jeunesse

La plus belle fille du monde

Publié le 26 Novembre 2009 par Lucie S. in Littérature ado

/// littérature ado ///

Chère Agnès D.,
"La plus belle fille du monde", voilà un titre qui fait rêver, un titre comme on les aime. Un peu comme "Faire l'amour" ou "Le potentiel érotique de ma femme". Pour votre héroïne Sandra, une ado de 14 ans qui écrit son premier roman, "avec les livres, les titres suffisent".
Pas pour moi. Même si un bon titre peut parfois cacher un mauvais roman, je m'y risque toujours.
Cette fois-ci, aucune déception, rassurez-vous ! Sandra, perdue entre ses problèmes existentiels d'ado et ses soucis narratifs m'a beaucoup touchée. Elle se plaît à analyser sa propre écriture, et les ressorts de son roman. Si je résume le cours d'écriture selon Sandra, ça donne à peu près ça :
- les digressions : "c'est important les digressions, dans les romans. Je n'ai pas encore très bien saisi pourquoi, mais j'ai quand même décidé d'en faire quelques unes" (tant mieux!).
- les paradoxes : "c'est quand des choses incompatibles coexistent, c'est très angoissant. Ca donne l'impression que rien n'est stable".
- les métaphores : "le problème avec les métaphores, c'est que, quand on les regarde de près, il y a toujours un élément un peu ridicule dedans".
Voilà, je crois que si tous les profs de français adoptaient ce discours, on dégoûterait beaucoup moins d'ados de la littérature...
Bien à vous
Lucie S.
Commenter cet article

Sophie 02/01/2010 16:28


Sur tes conseils, je lis actuellement ce roman et je me régale ! En fait, je me retrouve, côté regard sur la vie de nos ados.


Claude Labbé 28/11/2009 09:55


Ci-dessous, quelques réflexions qui me viennent à la lecture de votre commentaire :
- Les digressions : ne sont acceptables que si elles parachèvent un fondamental
- Les paradoxes : paradoxalement des instruments d'équilibre : La Vérité est-elle acceptable ?
- Les métaphores : le ridicule est un outil d'intelligence